Arpe

Les élus s'engagent : plus de 120 élus signataires de la déclaration en faveur de la gestion intégrée

Depuis la conférence organisée le 1er février 2018, 128 élus de la Région Provence-Alpes-Côte-d'Azur ont signé la Déclaration en faveur de la gestion intégrée de l'eau et des milieux aquatiques par bassin versant. (voir la liste des élus signataires)

Les élus qui le souhaitent peuvent signer à leur tour la déclaration : 

- dans sa version en ligne 

- ou la version papier à compléter et à nous la transmettre par mail (c.poulin@arpe-paca.org n.metsu@arpe-paca.org).

 

AERMC : Adoption du Programme 2019-2024 par le Comité de bassin

Le comité de bassin Rhône-Méditerranée, réuni le 21 septembre à Lyon sous la présidence de Martial Saddier, Député de Haute-Savoie, a adopté le 11ème programme 2019-2024 de l'agence de l'eau.

Ce vote positif est le résultat de plusieurs mois de concertation avec les usagers de l'eau mais aussi d'une mobilisation collective afin de conserver des capacités de financements à la hauteur des enjeux de l'eau dans un contexte où les redevances des agences de l'eau sont revues à la baisse en application des dispositions de la loi de finances 2018.

L'axe fort de ce programme est l'adaptation des territoires au changement climatique.

Voir le communiqué de presse

Région Sud : Présentation du SRADDET par le Président Renaud Muselier + zoom sur l'eau dans le SRADDET

Le président de la Région Sud, Renaud Muselier, a présenté le Schéma régional d'aménagement, de développement durable et d'égalité des territoires (Sraddet), lundi 1er octobre, en présence du préfet de région, Pierre Dartout, et des élus de l'ensemble du territoire. 

Les enjeux de gestion de l'eau et des milieux aquatiques ont été pris en compte à travers la contribution de l'Agora au SRADDET (plus de détails sur le site du RRGMA) 

GEMAPI : éclairage du projet de loi d'évolution pour la mise en œuvre de la GEMAPI voté par l'Assemblée Nationale

Article modifié le 10/01/2018

GEMAPI : éclairage du projet de loi d'évolution pour la mise en œuvre de la GEMAPI voté par l'Assemblée Nationale


Lors de la séance publique du 30 novembre, les députés ont votés la proposition de loi permettant l'évolution des principes de mise en œuvre de la compétence GEMAPI. Dans le cadre de la procédure accélerée, le projet de loi sera examiné au Sénat le 13 décembre pour un vote en séance publique le 19 décembre.


Les députés ont complétés la proposition de loi initiale dont le contenu a été présenté dans l'article sur le sujet publié sur le site du RRGMA en octobre.


En résumé, le projet de loi prévoit à ce jour : 

  • D'ASSURER LE RÔLE DES REGIONS ET DEPARTEMENTS : les régions et départements pourront continuer leurs actions après 2020, à condition de conclure une convention avec chaque EPCI-FP concerné.
  • D'AUTORISER LA SECABILITE DES ITEMS/MISSIONS : le texte donne la possibilité aux EPCI de transférer ou déléguer tout ou une partie des items ciblés par la Gemapi à un Epage ou un EPTB.
  • D'AMENAGER le calendrier relatif à la prise de RESPONSABILITE DES OUVRAGES/DIGUES : "Le texte propose un système de responsabilité limitée, sous deux conditions : d'une part, qu'ils exploitent et entretiennent les ouvrages dans les règles de l'art, et d'autre part, qu'ils les soumettent à une autorisation administrative avant le 1er janvier 2022", explique Elodie Jacquier-Laforge, députée MDA de l'Isère et rapporteure du projet de loi.
  • DE DONNER LA POSSIBILITE D'ADHESION D'UN SYNDICAT MIXTE OUVERT A UN AUTRE : la proposition de loi rend possible l'adhésion d'un syndicat mixte ouvert à un autre syndicat mixte ouvert – ce qui n'est pas autorisé par le code général des collectivités territoriales. Un amendement adopté en séance ouvre une dérogation au droit jusqu'au 31 décembre 2019, pour les missions attachées à la compétence Gemapi et avec l'accord du préfet coordonnateur de bassin. (Cette amendement permet aux EPAGE d'adhérer à un EPTB)
  • La rédaction d'un rapport d'évaluation pour le FINANCEMENT ET LA GESTION DES FLEUVES : "La gestion des fleuves nécessite une continuité entre les organismes, notamment quand un barrage protège un centre urbain en aval. Or, la gestion par les EPCI introduit une discontinuité. C'est pourquoi le texte demande qu'un rapport soit remis par le gouvernement au parlement, dans un délai de six mois à publication de la loi, sur les conséquences du transfert de cette compétence sur les fleuves. Ce rapport devra notamment étudier les évolutions financières et institutionnelles nécessaires", Elodie Jacquier-Laforge. Cette disposition a été étendue à la zone côtière, aux digues domaniales et aux zones de montagne.
  • D'ETANDRE LES MISSIONS D'ANIMATION ET DE CONCERTATION (Art 12 du L211-7 du CE) A LA PREVENTION DES INONDATIONS.  `
  • PROLONGE L'APPUI TECHNIQUE : la mission d'assistance technique des préfets coordonnateurs de bassin au transfert de la compétence Gemapi est prolongée jusqu'en 2020.

L'instauration d'une minorité de blocage (de 25%) contre le transfert de la compétence, comme cela a été évoqué par le Premier ministre au Salon des maires fera l'objet d'une autre proposition de loi.