Arpe

Les élus s'engagent : plus de 120 élus signataires de la déclaration en faveur de la gestion intégrée

Depuis la conférence organisée le 1er février 2018, 128 élus de la Région Provence-Alpes-Côte-d'Azur ont signé la Déclaration en faveur de la gestion intégrée de l'eau et des milieux aquatiques par bassin versant. (voir la liste des élus signataires)

Les élus qui le souhaitent peuvent signer à leur tour la déclaration : 

- dans sa version en ligne 

- ou la version papier à compléter et à nous la transmettre par mail (c.poulin@arpe-paca.org n.metsu@arpe-paca.org).

 

AERMC : Adoption du Programme 2019-2024 par le Comité de bassin

Le comité de bassin Rhône-Méditerranée, réuni le 21 septembre à Lyon sous la présidence de Martial Saddier, Député de Haute-Savoie, a adopté le 11ème programme 2019-2024 de l'agence de l'eau.

Ce vote positif est le résultat de plusieurs mois de concertation avec les usagers de l'eau mais aussi d'une mobilisation collective afin de conserver des capacités de financements à la hauteur des enjeux de l'eau dans un contexte où les redevances des agences de l'eau sont revues à la baisse en application des dispositions de la loi de finances 2018.

L'axe fort de ce programme est l'adaptation des territoires au changement climatique.

Voir le communiqué de presse

Région Sud : Présentation du SRADDET par le Président Renaud Muselier + zoom sur l'eau dans le SRADDET

Le président de la Région Sud, Renaud Muselier, a présenté le Schéma régional d'aménagement, de développement durable et d'égalité des territoires (Sraddet), lundi 1er octobre, en présence du préfet de région, Pierre Dartout, et des élus de l'ensemble du territoire. 

Les enjeux de gestion de l'eau et des milieux aquatiques ont été pris en compte à travers la contribution de l'Agora au SRADDET (plus de détails sur le site du RRGMA) 

CNRS : Les rivières ont la capacité d'absorber un glissement de terrain plus rapidement qu'on ne le pensait

Article modifié le 04/10/2017

Les dépôts massifs de sédiments issus des glissements de terrain déclenchés par les séismes pourraient être évacués par les rivières en seulement quelques dizaines d'années, au lieu de quelques siècles comme on l’estimait jusqu’ici. 

C’est le rétrécissement dynamique des rivières lorsqu’elles incisent ces dépôts sédimentaires qui accélèrerait considérablement leur évacuation, selon des chercheurs du laboratoire Géosciences Rennes (CNRS/Université de Rennes 1). Ce résultat, publié dans Nature Geoscience, enrichit notre compréhension de l’impact des événements extrêmes sur l’évolution des paysages tout en offrant des informations essentielles pour gérer les conséquences des catastrophes naturelles.

Accéder à plus d'informations sur le site du CNRS.